Retour à l'emploi et Témoignage de Laurent.

Si Serge vous lit cette lettre c’est que ça y est, c’est fait et l’ancien joueur de Rugby vous annonce qu’il a mis l’essai du retour à l’emploi. Il me reste maintenant la transformation, mais grâce à l’atelier : « Réussir son intégration en Entreprise », je pars sur d’excellente base.

Même en Août le marché de l’emploi reste actif et j’ai signé le Mercredi 16 Août mon CDI comme Acheteur National-Sourcing des vins pour l’Enseigne Maximo qui débutera le 21 Août à Reims. Leur projet est de faire du Vin le nouveau fer de lance de leur entreprise ; un poste où se mêle expertise produit, stratégie, marketing et surtout relationnel et communication : tout un programme qui risque de m’occuper pour un certain nombre d’année. « Ça tombe rien, je n’avais rien programmé pour les 13 prochaines années » !!

Merci à toute l’équipe pédagogique et à ma référente Aurélie de L’Espinay sans qui rien n’aurait été possible. Pour les nouveaux arrivant ce discours va les surprendre car ils sont peut-être en plein doute ; mais, au sein de la maison des cadres, je me suis redécouvert grâce à la construction d’un véritable projet professionnel et à un potentiel que je ne soupçonnais même pas d’avoir.

Ce n’était pas gagné d’avance et avec le recul, que de chemin parcouru depuis Février 2017. Je me souviens de la 1ère question que j’avais posé à Zana en sortie de plénière : « je ne comprends pas, je n’arrive pas à décrocher le moindre entretien, ça doit être l’âge ? » (Même si pour Zana je ne les faisais pas, j’avais quand même 51 ans !!) et de me répondre avec bienveillance : « Cela n’a rien à voir avec l’âge mais avec ta motivation et ta préparation ». Quant à Serge, plus bavard, d’ajouter : « repose toi, prend du recul, défini tes réelles envies, travaille ton projet, écoute ce que l’on te dit, respecte les étapes que l’on te préconise et tu verras que naturellement tu feras la différence ».

Pas si simple car à cette époque, je viens de vivre un Burn out, un licenciement économique, un arrêt inexpliqué de tous mes droits au chômage et une rupture sentimentale : en 2 mots j’étais perdu et angoissé, installé au fond d’un puit et le regard que j’avais sur moi était extrêmement dévalorisant.

Mais Zana et Serge ont toujours été présent et n’ont eu de cesse de me dire régulièrement que : « le chômage n'est pas une honte. Il ne doit pas changer le regard que je porte sur moi car je ne suis pas devenu nul du jour au lendemain. Travaillez au même endroit toute sa vie deviendra exceptionnel à l'avenir. Il faut que je dédramatise le chômage, que je le prenne plutôt comme un passage pour rebondir, pour réfléchir sur mon avenir et pour me bonifier ».

Alors, j’ai écouté leurs conseils, suivi les ateliers et rapidement le travail a fini par payer. Les entretiens sont arrivés même si au début ce fut laborieux et couronner d’échecs. Mais au fur et à mesure je progressais et ils se sont enchainés les uns derrière les autres. J’ai commencé à avoir 2 entretiens par mois, puis 2 entretiens par semaine, pour finir par avoir le choix entre 3 postes !! « Ne vous inquiétez pas, soyez patient et si vous suivez leurs conseils, cela vous arrivera également ».

Ce que m’avaient prédit Zana et Serge quelques mois plus tôt est arrivé. A l’époque je ne comprenais pas ce qu’ils me disaient car je ne croyais tout simplement pas en moi !!

Mon passage au sein de la Maison des cadres m’a permis de me ressourcer. J’y ai découvert à la fois l'empathie car ils ont compris que la confiance est la base de la réussite et la valorisation de la personne en nous redonnant foi en nous-même sans céder au découragement. Alors « écoutez les, ne restez surtout pas isolé, sinon, il ne se passera rien et allez au contact les uns vers les autres car nous avons tous beaucoup à nous apporter ».

Pour conclure, je vous dirais simplement : « Merci. Je sais qu’il n’y a pas de grand ou de petit Merci, que c’est un mot tout simple, un signe de reconnaissance ; mais si mes lèvres l’expriment avec douceur aujourd’hui c’est qu’il prend naissance au fond de mon cœur. Vous allez tous me manquer car je me sentais si bien avec vous ; mais si je restais trop longtemps, j’allais prendre un coup de pied dans les fesses de la part de Serge ». « Quant aux chouquettes, j’essayerais d’être là le 15 Septembre pour la soirée des retrouvailles, alors avis aux amateurs ; mais ne venez pas trop nombreux car je ne sais pas s’il y en aura pour tout le monde. J’oubliais, comme Serge va vous demander de m’applaudir pour ce retour à l’emploi, je tenais à vous en remercier d’avance ».

Bien à vous et au plaisir, Laurent.